23 février 2018: Les ponts en Ardèche

Le 23 février 2018 conférence de Yves Morel:
Les ponts sur l´Ardèche

Vendredi 23 février en soirée, l’assistance était nombreuse pour écouter Yves Morel retracer de brillante manière l’histoire des 2300 ponts recensés en Ardèche.

De nombreuses raisons expliquent ce nombre exceptionnel de ponts dans le département : les obstacles constitués par les rivières et leurs affluents, le relief montagneux d’une grande partie du département, une pluviométrie atypique et les crues.

Ces ponts avaient une importance considérable pour les échanges entre les vallées et les régions voisines. Aux différentes époques, leur esthétique a toujours été soigné mais la réflexion sur leur implantation et donc sur leur coût a toujours été présente. Ainsi, des études vont être menées pour voir comment se passer d’un pont, suivre la ligne de crête, pratiquer la traversée par des bacs, utiliser les passages à gué….

L’augmentation du roulage au 18ème siècle va engendrer la construction de nombreux ponts à cette époque. Au 19éme siècle, les activités de transport et d’échanges augmentent et les ponts suspendus se développent comme celui de Tournon en 1825, construit par Marc Seguin.

Rappelons que c’est en 1837 que fut construit, sur les mêmes principes, le premier pont suspendu dans notre région : le Pont de Salavas dit « pont en fil de fer ». Il sera reconstruit à plusieurs reprises au siècle suivant. Vous retrouverez son histoire dans l’une de nos brochures « Rencontres avec le passé ».

Après cette période, le déploiement du chemin de fer va faire une concurrence très forte au transport routier, conduisant au déclin des ponts suspendus.

Ces ouvrages ont subi des dégâts importants du fait des intempéries, mais aussi lors des dernières  guerres mondiales ou en raison d’interventions humaines.

Pour conclure, Yves Morel a tenu à souligner que les services départementaux de l’Equipement ont toujours eu une attention particulière et permanente sur la protection de ces ouvrages qui constituent une trace tangible de notre patrimoine.

Ce fut une belle conférence.