19 novembre 2021: Conférence « Le petit pays »

Monsieur Pierre Chante est venu du Gard voisin, à la salle des fêtes de Salavas, nous guider dans la découverte en image du « petit pays » qui s’étend entre Cévennes et Garrigues entre le nord du Gard et le sud de l’Ardèche, de l’histoire mouvementée, des paysages remarquables et du patrimoine architectural de ce territoire. Une conférence très appréciée, l’heure fixée à 18h 30, appréciée elle aussi par les 45 personnes qui s’étaient déplacées. Mr Chante est reparti avec, comme souvenir deux brochures et des chocolats ardéchois.


6 au 13 novembre 2021: Exposition autour d´Anna Boulle

L’exposition qui a eu lieu à la salle des Gardes de la mairie de Vallon, retraçant la vie d’Anna Boulle-Guérin, a permis, pour 180 à 200 personnes, de faire la connaissance de cette Vallonnaise.
Lors de la cérémonie du 11 novembre, M. le Maire, Guy Massot, a retracé son parcours de vie. « La Poppy Lady of France », la Dame aux coquelicots de France, appelée ainsi dans tous les pays du Commonwealth, a récolté des fonds grâce à ses conférences et la vente de ses coquelicots fabriqués en France. Diverses associations, établissements, mairies (dont Vallon) ont reçu cette aide destinée aux orphelins et veuves, puis destinée à toutes les victimes de la guerre de 14/18.
En 1921, cette journée de vente du coquelicot, le jour du 11 novembre, sera adoptée par l’ensemble des Pays du Commonwealth. Comme le Bleuet chez nous, il devient le symbole de la commémoration des souffrances endurées.

29 octobre au 1 novembre 2021: Les 30 ans des Amis de l´histoire

Du vendredi 29 Octobre au lundi 1er Novembre, les « amis de l’histoire » ont pu témoigner des activités : une centaine de sorties et voyages, 120 conférences, ainsi que des 15 bulletins et autant d’expositions correspondant à ces 3 décennies. Le public s’est déplacé, nombreux, pour le vernissage et les jours suivants.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

25 octobre 2021: Sortie au Château d´Ebbo

Les ruines du château se situent sur la rive droite de l’Ardèche, à côté de la grotte du même nom. Notre groupe d’une vingtaine de personnes (dont les propriétaires du site) a pu faire la traversée de la rivière grâce aux bateliers. Puis une montée de 30 à 40m assez raide fut gravie à l’aide de cordes. Bien cachée derrière une végétation assez dense, nous avons découvert une imposante façade en pierre. Nous pénétrons à l’intérieur de l’édifice. Là, notre guide, Michel Raimbault (Paysages Patrimoine et Environnement de Saint Remèze) nous fait part de ses connaissances : une hallebarde trouvée à proximité, (dessinée par Jules Ollier De Marichard) confirmerait de la date de construction de l’édifice, 17ème siècle. Alors? lieu de garnison ou poste d’observation pour surveiller le cours de la rivière ?(Voir brochure des Amis de l’histoire année 2015 page 71).

10 juin 2021: Sortie à Villeneuve de Berg

Nous étions nombreux à avoir répondu à l’invitation de Lucienne Brioude, des « amis et enfants de Villeneuve ». Après nous avoir monté le filon basaltique du quartier de Chamarelle, nous rejoignons ensuite le bord de l‘Ibie pour découvrir divers sites intéressants, jardins aux puits /citernes, fontaines construites sous la Sénéchaussée à partir de 1781,fontaine-abreuvoir et lavoir, béalières pour l’irrigation des prés.

Sur notre parcours une curiosité : le pont béalière au-dessus d’un ruisseau (en plus modeste  mais même conception qu’au Pont du Gard). Ensuite nous sommes accueillis par madame Bernadette Jouret sous les ombrages du Petit Tournon où nous sont offertes des boissons rafraîchissantes bienvenues. Pendant cette pause, madame Jouret nous raconte avec savoir et enthousiasme l’histoire de ce hameau et particulièrement de son église Sainte-Marie de Tournon.

3 juin 2021: Sortie à Russargues

La découverte de ce site sur la commune de Russargues dans le Gard voisin, et l’envie de le faire partager, nous a amené, le 3 juin, à y rencontrer monsieur Raoux , ancien maire de Saint Privat de Champclos et responsable de ce chantier.

Le four à chaux est situé non loin de la carrière, où nous allons et d’où sont extraites les pierres calcaires.

Il est alimenté en bois (provenant des alentours) par l’ouverture que nous voyons sur le devant, les pierres mises en chauffe sur le dessus, se transformaient au bout de longues heures, à plus de 9OO°, en chaux vive. La construction en pierre où nous sommes photographiés servait à entreposer la chaux, avant de la transformer en chaux hydraulique, ou en chaux éteinte. Au XIXe siècle la chaux était prisée pour l’agriculture, l’assainissement des étables, le mortier à la chaux pour les pierres de taille, les enduits de façades et murs anciens. etc.

L’oxyde de calcium présent sur les flancs de certains volcans. Utilisée depuis l’antiquité, par calcination du calcaire, les four à chaux furent de construction très différentes suivant les régions et les époques.

20 mai 2021: Sortie Vallée de l´Ibie

Une douzaine de personnes, accompagnées par Pierre Leroux, a longé le canal menant du Moulin de
Vachères à la source du Torrent. Le bassin de retenue d’eau était plein et nous avons eu la chance
d’apercevoir un castor. Là, Pierre Leroux d’après les vestiges du Moulin du Torrent, situé au nord du pont sur l’Ibie et alimenté alors, par la source, nous a montré quels aménagements (citernes , écluses, digues, conduites forcées) il avait été opportun de faire. C’est Jean Roume né en 1835,et ses descendants sur 5 générations qui en ont été les concepteurs et réalisateurs.
Les deux moulins servaient à la fois de moulins à farine et pour l’irrigation : le moulin de Vachères par un système de roue verticale à augets ou aubes, alimenté par une cascade, le moulin du Torrent à l’aide d’une roue horizontale surmontée d’une meule en grès du Coiron.

8 avril 2021: Sortie sur les pas des Huguenots

La première « sortie de proximité » a pu se faire en empruntant le tracé du « sentier des huguenots », entre le Gour d’Estelle à Salavas et le nouveau musée de Vagnas.
Nous avons ainsi pu admirer outre : le paysage, le Gour d’Estelle, le lavoir des moines (photo) et les ruines du Monastier, le village de Vagnas et son musée, si instructif, grâce aux explications d’Alain Joly, de charmants ruisseaux et une grande variété d’arbres, de plantes et de fleurs.

 

 

 

 

21 février 2020: Conférence « Quel est l´âge du Pont d´Arc? »

 

Le 21 février, à l’invitation des Amis de l’Histoire de la région de Vallon, la salle de la Mairie de Vallon était comble  pour entendre Kim Génuite, Docteur en Géomorphologie et chercheur du Laboratoire EDYTEM de l’Université Savoie, répondre à la question : quel est l’âge du Pont d’Arc

A travers un exposé scientifique brillant et très documenté, Kim Génuite a décrit les processus de formation du Pont d’Arc à partir des  dernières recherches géomorphologiques  qu’il a réalisées dans la Combe d’Arc, en particulier dans les réseaux souterrains et les dépôts retrouvés dans la zone comprise entre l’arche naturelle et la grotte des Châtaigniers.

Cette étude fondée sur la corrélation existant entre les géométries des Gorges, du Pont d’Arc et des cavités avoisinantes apporte un nouveau regard sur la complexité du recoupement du méandre de la Combe d’Arc, c’est-à-dire le creusement de la colline et la formation de l’arche.

Chacun aura compris que ce fut un processus très lent. Il y a 6 millions d’années, l’Ardèche coulait en haut du plateau à 300m d’altitude. Au cours du Quaternaire, l’Ardèche a poursuivi son travail d’érosion, dessinant le canyon que nous connaissons aujourd’hui. C’est au cours de cette période que le Pont d’Arc est apparu.

L’érosion due aux  eaux tumultueuses de l’Ardèche et à aux sédiments transportés, combinée à une fragilité de la colline karstique en raison des nombreux réseaux et cavités internes dans ce secteur a fait son travail de sape. La colline a cédé laissant la place à l’arche naturelle que nous connaissons aujourd’hui.

L’âge du Pont d’Arc ? Les résultats sont en cours de vérification et de publication par les chercheurs, mais les premières analyses semblent donner un âge d’environ 100 000 ans.

Cela valait vraiment la peine d’être venu écouter Kim Génuite nous parler du Pont d’Arc.

Un grand Merci.

 

4 février 2020: sortie à Meyras

     Nous étions 32 emmitouflés dans nos doudounes pour visiter le château de Hautségur et le village de Meyras. Reçu par la maitresse de maison et propriétaire du lieu, nous étions admiratifs de la passion qu’elle porte à rénover cette magnifique bâtisse. Nous avons vécu avec elle  l’histoire de cette restauration et les capacités à lui redonner son aspect d’origine. Des gros travaux restent à faire, mais une visite dans deux ou trois ans permettront  de le voir achevé. Bravo et merci Patricia Demangeon pour votre volonté et courage et mener à bout et  seule un tel chantier!  En quittant Hautségur,  nous sommes allés au Restaurant des Sources ou un moment de détente et le repas nous ont permis d’aller affronter le vent et le froid. Meyras a gardé quelques belles traces de son passé médiéval, mais le froid nous a transis   et nous avions hâte de nous réchauffer dans le musée de Mr Rouy, passionné de chemin de fer. Il a collectionné de nombreux objets, lampes, casquettes, plaques portant le nom des gares , petits circuits, costumes et autres….  rappelant la période où les trains roulaient en Ardèche.  Bref une belle journée malgré la froidure…..